• Frederik Lozano

Tout se joue dans les 60 premières minutes

Dernière mise à jour : 17 sept.

Souvent je lis chez des consœurs ou confrères thérapeutes ou coachs que la première séance est gratuite. C’est une séance de découverte, souvent plus courte, mais gratuite. Cela va peut être vous surprendre, mais je pense que ce n’est pas une bonne idée. Pourquoi ?



Pour comprendre mon point de vue, il faut vous mettre dans la peau ou plutôt dans la tête d’un psy ou d’un coach. C’est parti pour le voyage intérieur ! Si vous êtes psy ou coach, la première rencontre avec votre patient ou client est un moment particulièrement important. Peut être le plus important de tout le processus d’accompagnement. À la limite la première séance devrait même être la plus chère !


Bien sûr c’est le moment de la rencontre réelle. On fait connaissance, on se découvre réciproquement, on apprend à se connaitre. C’est évident et essentiel mais le véritable enjeu est ailleurs...


Pour penser comme un psy ou coach vous devez savoir une information technique. Dans ses premières déclarations, le patient vous donne toutes les clés du problème. Il n’en a pas conscience. Mais ce qui est dit, comment cela est dit, comment les réponses aux questions sont construites, les attitudes, les silences, les mouvements, toutes ces précieuses indications permettent de construire la compréhension de la problématique. La pertinence de l’accompagnement à venir se joue largement dans ce temps.Grâce à cette collecte «naturelle» d’indications, vous allez pouvoir faire votre diagnostic. Quelle est pour vous la structure du problème à traiter ? Et vous allez pouvoir la partager avec votre patient ou client en fin de séance de manière à ce qu’il soit informé, éclairé, rassuré sur votre capacité à comprendre, sur votre compétence. Sinon cela resterait juste une aimable discussion avec une personne bienveillante, pas plus...

Grâce à ce diagnostic vous allez pouvoir choisir quelles approches et quels outils pratiquer pour aider votre patient. Vous allez donc le lui expliquer de la manière la

plus simple et accessible possible. Ainsi, il sait que vous savez ce que vous faites et il peut même déjà s’engager dans sa tête vers un processus de guérison, construire l’espoir, se sentir rassuré.


Comme vous avez pu établir votre diagnostic, proposer un traitement, vous voilà en capacité d’évoquer avec votre patient un pronostic. Combien de temps cela peut prendre ? Quels résultats espérer ? Bref, donner du concret sur la solution. Car c'est tout de même ce que vient chercher votre patient ou votre client auprès de vous.


Enfin, certaines premières séances sont suffisantes pour apporter les éléments à l’amélioration de l’état du patient ou du client. Il manquait juste une pièce pour trouver l’équilibre. Le plus gros du travail avait été fait soit par le patient lui-même, soir par une consœur ou un confrère. Vous l’avez identifiée durant la séance. Vous la donnez si vous pensez qu’elle peut être comprise et directement utilisée. Ceci se produit régulièrement.


Pour finir, cette première séance est souvent le premier pas du traitement. Chaque fois que c’est possible, si c’est opportun, on commence à travailler tout de suite. Pourquoi faire attendre les gens ? Pourquoi cumuler les séances quand on peut être économe de temps et d’argent ? Se soigner, se faire coacher c’est aussi un budget. En bon gestionnaire, le psy ou le coach travaille dans l’intérêt de son client. C’est de la simple déontologie.


Voilà ! Je ne cherche à convaincre personne. Je dis juste ma manière de travailler et ma façon de penser mon métier. Ma première séance n’est jamais gratuite mais elle est utile à 100%. Et pour vous aider à savoir si a priori je suis «la bonne personne» pour vous, j’ai pensé ce site et mes médias sociaux de manière à vous permettre de voir qui je suis et comment je fonctionne, avant même de prendre rdv. Et si pour vous ça matche, je serai très heureux de vous rencontrer et de vous aider !





21 vues